browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

J + 40 (14/10/11) La Esperanza

Posted by on octobre 18, 2011

Aujourd’hui, nous avons décidé de ne pas monter sur nos vélos… Nous en profitons donc pour dormir le matin, se promener dans la ville, qui n’a rien d’exceptionnel mais qui est calme, sympathique où il y a un marché très coloré, on y trouve absolument de tout, des fraises, pommes, ananas, bananes et une infinité d’autres fruits et légumes dont nous ignorons les noms. C’est très joli, et les lencas des environs viennent vendre leur récolte, leurs vêtements et foulards sont très colorés…  La ville est agréable, a de jolis parcs et maisons.On voit par contre que c’est bien le département le plus pauvre du Honduras, on voit plus de mendiants que dans les autres villes.

On prend le temps d’observer les gens qui vivent autour de nous, on se rend compte de beaucoup de choses. Notamment que les enfants n’ont peur de rien, ils courent partout pied nu, grimpent et descendent des escaliers trempés et glissants à toute allure, secouent leur gros chien sans sourcilier…  C’est vrai que les gens sont bien moins difficiles que nous, comme nous l’a fait remarqué Olivier dans un de ses commentaires, les bus roulent dans un état lamentable sur des routes impraticables en principe( pas super quand même, il y a un accident grave de bus par semaine au Honduras, cela dit à l’allure à laquelle ils roulent, c’est pas étonnant) . De toute façon ici rien n’est impossible, ils se débrouillent toujours … pas toujours de la meilleure manière qui soit mais ils bossent. Faut les voir décharger leurs camions de marchandise, il y en a qui charge la farine sur leur dos et pas des petites quantités, d’autres se lancent les casiers du haut des camions à des cadences folles, portent de grosses bonbonnes de gaz, tondent leur jardin à la machette( merci pour le dos) ,  portent leur bois sur  l’épaule et le tout en roulant à vélo…. et tout ça se fait bien sûr avec chemise impeccablement repasser et pantalon blanc propre… une énigme pour nous. Ils sont tous ou presque impeccablement habillés… On a l’air un peu con à côté d’eux. On se force à mettre nos pantalons et chaussures fermées pour ne pas faire trop tache mais ça fonctionne qu’à moitié…  Évidemment, dans les petits bleds où nous nous trouvons , où nous avons croisé très peu de gringos, nous ne passons pas inaperçu… Et les gens sont souvent étonnés que nous ne parlons pas un espagnol  très développé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *