browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

J+ 280 à 281 (11 et 12/06/2012) Berna –Puerto Reconquista un total 45 km

Posted by on juin 20, 2012

 

Nous quittons Berna sous une brume épaisse et bien humide. Armés de nos lampes frontales sur nos casques, nous attaquons cette journée un peu maussade. Nous avons comme destination Reconquista et plus précisément le port. Nous voudrions passer le fleuve Parana pour nous rendre à Goya, et continuer notre route par la province de Corrientes et Missiones, plus boisées et variés parait-il. Au péage routier un peu avant l’entrée de la ville, nous faisons une pause, histoire d’avoir un peu d’eau chaude pour nous réchauffer et nous sécher un peu. Alors que nous discutons avec un employé pour avoir un peu plus de renseignements sur le ferry, une voix nous interpelle en français en nous disant… « Je crois que vous venez chez nous dans quelques jours… »… Les belges avec qui nous sommes en contact depuis quelques temps, ont reconnu nos vélos, drapeau belge sur la sacoche, et de plus ont rencontré les suisses en voiture peu de temps après nous. Les suisses  ont parlé de nous, donc ils savaient plus ou moins où nous étions. Par déduction, ils se sont arrêtés, revenant d’une ville plus au sud et rentrant chez eux, à Puerto Rico à 200km d’Iguazu. Nous discutons un moment, leur donnons quelques affaires pour nous alléger un peu et le rendre-vous est pris pour dans deux semaines à peu près. Nous sommes contents de les avoir rencontrés, et nous réjouissons de passer chez eux.  Nous reprenons notre route, la brume s’est levée, c’est bien, on voit à plus de 100m… Arrivés peu avant l’entrée de la ville, nous prenons des renseignements pour le ferry, seulement un par jour, à 6h du matin. Nous qui voulions loger dans le centre ville, c’est loupé, devoir traverser la ville à 5h, non merci. Nous prenons la direction du port, où nous trouvons un camping rudimentaire mais sympa proche de l’eau, merci les moustiques 😉 Le bateau part bien demain à 6h, confirmé… Nous nous offrons un petit resto sympa au camping, dont la spécialité est le poisson bien sûr.

Debout à 4h30 pour replier tente et compagnie et aller prendre notre bateau. Arrivés au port, pas de lumière, pas de vie. Ca sent mauvais… et oui bateau annulé aujourd’hui mardi, mercredi et jeudi et sera peut-être en marche pour vendredi mais c’est pas sûr… Bienvenue en Amérique Latine, nous qui pensions en avoir fini avec les coups foireux, bin non… Le bateau sera toujours compliqué pour nous. Mais, il y a une lancha de passagers cette après-midi à 15h, nous dit le garde. Il prend son téléphone et demande qu’on lui confirme. Oui pas de soucis « Allez au petit port pour 15h avec les vélos,sans problèmes » nous dit-il. Bon, on retourne au camping, remontons la tente, redormons et profitons du soleil et du retour fracassant de la chaleur, presque 30°C alors qu’hier à peine 10°C… Nous démontons tout notre bazar et direction le port… Nous sommes accueillis par un homme un peu bougon qui nous dit qu’il n y a pas de lancha le mardi, et qu’il n’y en a jamais eue. QUOI, c’est une blague, non, on se fout de nous, ce n’est pas possible. Et si, ici tout est possible, le meilleur comme le pire… Nous retournons au port principal pour avoir des explications… Nous avons finalement un numéro de téléphone pour réserver la lancha de demain après-midi. Mais évidement personne ne répondra à mes multiples tentatives. La seule solution restera de se rendre au port demain à 9h, lorsque la lancha vient de Goya, pour réserver pour l’après-midi. En espérant que ça fonctionne et que ça ne  nous coute pas les yeux de la tête sinon nous sommes bons pour attendre le ferry qui fonctionnera on ne sait pas quand.

Comme souvent depuis notre départ, nous devons jongler avec le tempérament très différent et changeant des latinos. A la fois pressés et rapides pour certaines choses et d’autres fois tranquilles et quelques fois inconsistants. A la fois chaleureux, serviables  et bougons… Pas toujours facile de savoir quoi penser ou faire, de savoir si on peut faire confiance ou non. Même après 9 moins, c’est encore un mystère pour nous et plutôt déstabilisant. Mais à force de communication et de questions, on s’en sort 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *