browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

J+ 275 à 277 (06 à 08/06/2012) Morteros – Arrufo -Vera y Pintado un total de 190km

Posted by on juin 9, 2012

 

Vers 5h du matin, le vent commence à souffler, la tente tremble et Cédric se relève pour remettre quelques tendeurs histoire de pouvoir continuer à dormir.  Nous remballons tout trois heures plus tard rapidement afin d’aller prendre un bon café à la prochaine station essence (Après un moment parlote avec le jardinier du parc qui comme tous les Argentins, n’arrive pas à prononcer le nom « Cédric ») Nous avançons bien puisque le vent vient du sud et que nous nous dirigeons vers le nord. Le vent souffle à plus de 25km/h, nous sentons  le froid qui vient du sud…. La nuit prochaine sera froide comme tous les gens que l’on rencontre nous le disent. Vers 11h, nous stoppons à la première station que nous apercevons… une demi-heure plus tard, la télévision locale est là pour nous interviewer…. Je suis de suite moins à l’aise pour répondre aux questions d’autant plus que le journaliste parle très vite. Nous continuons notre route jusqu’au petit village de Arrufo. Nous demandons aux policiers où l’on peut planter notre tente. Dans le parc bien sûr mais il va faire très froid cette nuit… allez demander au bourgmestre du village s’il n’y a pas un endroit où vous loger. Nous voilà chez lui, entourés de sa famille, à boire le maté. Il sonne au seul hôtel du village et nous y envoie… c’est la commune qui nous invite… incroyable. Nous sommes reçus pour le souper par son épouse, sa fille et son père. Nous passons une super soirée. Nous repartons avec une calebasse pour le maté qu’il est déjà passé minuit. Rendez-vous demain à la commune pour la télé régionale… décidément. Nous dormons au chaud… heureusement car il fait vraiment froid lorsque nous montons sur nos vélos pour nous rendre à la commune. Séance questions-réponses avec la journaliste et séance photo pour le journal local. Christian, le bourgmestre nous offre le drapeau de la commune réalisé par deux jeunes du village. Il nous propose de nous déposer 50km plus, il s’y rend avec un de ses conseillers. Nous avons 70km de mauvaise route à partir du point où il nous dépose. Elle est moins mauvaise au début que ce que l’on prévoyait. Nous n’avançons pas si mal. Vers 17h, nous cherchons un endroit où planter notre tente. Pas si simple, tout est clôturé. Nous trouvons en contrebas de la route, nous devons nous y faire une place parmi les hautes herbes… Il n’est que 18h, et la température a chuté en dessous de zéro, la nuit va être froide, très froide… -9°c relevé le matin. Nous avons plus ou moins bien dormi en tenant compte du froid de canard. Le matin étant le plus froid, nous n’avons plus dormi dès 6h… Dès que le soleil pointe le bout de son nez, nous sommes debout.

Replier tout par ce froid n’est pas évident, nous sommes à l’ombre et le soleil est fort bas. Nous déjeunons rapidement en nous réchauffant aux rayons du soleil. Le ciel est toujours aussi bleu et radieux. Pourvu que ça dure.

La partie qui nous reste de mauvaise route est assez pénible, d’autant plus que mon épaule se fait sentir et que le genou de Cédric fait parler de lui aussi… le froid évidement n’aide pas. Nous retrouvons une bonne route comme nous les aimons après 12km… ouf 😉  Nous stoppons à une traditionnelle station d’essence, où nous prenons le traditionnel bon café… Après discussion avec un homme du coin, nous changeons notre route, pas plus mal, il y aura plus de petits villages et ça sera un peu plus court. Nous voulions éviter la route, nous la pensions trop fréquentée. Il nous dit que non, nous lui faisons confiance. Nous dormirons 30km plus loin, dans un petit village, à côté de l’hôpital. La dame de l’accueil, qui est seule dans ce grand bâtiment, nous reçoit chaleureusement,  mais ne peut nous loger à l’intérieure, n’arrivant pas joindre son chef. Mais j’ai le droit de prendre une douche… froide et Cédric d’avoir de l’eau pour son maté 😉  A l’heure qu’il est, nous attendons de frais empanadas (chaussons fourrés à la viande) bien chauds, que Cédric a commandé à la boulangerie.

Delphine

5 Commentaires

  1. therese

    hola,pas de commentaire de votre part pour l’instant donc je pense que pas le temps avec tout se que vous avez à découvrir profitez en bien car les jours filent et cela diminue pour vous deux,ici la routine le temps n’en parlons pas ,jeudi c’est le salon du point de vente et oui nous ne ferons pas la route ensemble cette fois pas grave cela sera pour l’année prochaine ,mes chéris comme d’hab je vous envoie du courage et une bonne continuation pour le reste amigos hasta luego muchas besos

  2. Christian BARAQUIN

    Bonjour Delphine et Cedric.

    J’ai suivi votre grand périple sur internet. Vous allez revenir avec tellement de souvenirs en tête que vous ne saurez plus par quoi commencer pour tout raconter …….. sans parler du bronzage et de vos jambes de cyclistes….Ici le printemps est plus que “pourri” et pendant que vous êtes à vélo, je me fait flasher sur les routes belges……..Vous avez raison il faut “savoir sortir du bocal” pour prendre un bon bol d’air dans ce monde trés compliqué. J’admire beaucoup ce que vous faites. J’ai régardé toutes vos photos, c’est magnifique et je crois que vous vivez une année tellement unique que je vous souhaite de reprendre facilement pied dans notre vie moderne à votre retour. Je pense que cette expérience vous permettra de connaitre les vrais priorités à adopter dans votre future vie……. Je vous accompagne par la pensée et je vous souhaite une trés bonne fin de périple.Un grand bonjour du Luxembourg. Christian BARAQUIN (Sté Sam et Lux).

  3. Jean-Claude Degavre

    Delphine, Cedric,

    Bonjour.
    C’est frappant; le ton de vos compte rendus a changé!On vous sent plus “intégrés”.L’Argentine semble vous aller très bien.Bonne continuation!

  4. therese

    hola,mes cheris juste un petit coucou ,sommes le 14 juin et dire que dans un mois vous serez de retour que le temps passe vite ,je me rejouis de vous revoir ,vous me manquez ,bientot les petits cafés ensemble et les gaufres ah ah surtout j’ en prevois tout spécialement pour votre retour j’espere que cela roule toujours pour vous et que l’argentine est toujours aussi acceuillante ,que de choses à ecouter et à partager ensemble dés votre retour amigos hasta luego muchas besos et bon courage pour la suite à vous deux tourner la tete suis là ah ah

  5. therese

    je vois que le froid fait partie du quotidien et oui pas évident dans ses conditions que vous etes courageux ,je vois que l’épaule de dedelph pas top et le genou de ced ,soyez prudent faites attention à vous deux meme si votre aventure doit continué ,je vois que l’argentine vous plait cela se sent dans les commentaires sympa le bourgemestre cela vous à permis de dormir au chaud merci la génèrosité des argentins vous etes maintenant des vedettes locales ,je pense qu ils garderont aussi un bon souvenir de votre passage chez eux je vous souhaite bonne route et bon courage pour les aures jours amigos hasta luego muchas besos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *