browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

J+ 224 (16/04/2012) La Paz, El Alto (alt4000m) – Thonal (alt3980m) 65km

Posted by on avril 19, 2012

Déjeuner dans la drôle de cantine de l’hôtel… chaises et tables en plastique et nappes défraichies en guise de mobilier, mais ce qui donne tout le charme du petit-déjeuner c’est la vue extraordinaire que nous avons sur la Cordillera Real. Le ciel est d’un bleu éclatant, le soleil tape de tous ces rayons et les monts enneigés se dévoilent dans toute leur splendeur.

Nous attaquons la sortie de la ville avec l’entrain nécessaire pour quitter une ville folle. Il nous faudra plus d’une bonne heure pour venir à bout de la banlieue, minibus par millier, bus roulant comme des sauvages et camion crachant une fumée noire… nous avons notre taux dans le sang de dioxyde de carbone qui va exploser. J’ai les dents de devant noires de suie et de poussière et le visage recouvert d’un film me donnant grise mine… le test de la lingette est effrayant 😉  L’altitude, plus les gaz d’échappements rendent les légères  ascensions que nous avons désagréables. Je ne suis pas et Cédric qui est obligé de m’attendre en haut de chaque côte.

Nous prenons le temps d’une bonne pause au poste de contrôle policier 30 km plus loin pour dîner. Nous mangeons dans une gargote entourés de policiers et de responsables du développement environnemental. Moment causette avec un policier spécialisé dans le trafic de drogue, heureusement nous n’aurons pas droit à des fouilles 😉

Quelques kilomètres plus loin, la route est toujours en travaux mais se sépare, la bande de droite est terminée mais les camions et autres usagers n’y ont pas encore accès… Nous offrons un peu de répit à nos poumons en nous éloignant de quelques mètres de la grand-route. Nous respirons mieux et c’est plus confortable pour nous de rouler sans avoir un camion ou bus fou dans le dos en permanence. La route est étroite (c’est pourquoi ils sont en train de la doubler) et il y a beaucoup de trafic. C’est la seule route menant à Oruro qui est une ville importante du pays ainsi qu’à Cochabamba, dans la selva où beaucoup de touristes se rendent. Ensuite pour aller dans les autres villes, c’est de mauvaises pistes. Dire que les travaux entre La Paz et Oruro ont commencé il y a des années et que c’est encore loin d’être terminé, les autres villes peuvent encore attendre longtemps.

Delphine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *