browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Pérou

J+ 200 (23/03/2012) Huanta (alt2750m) – Ayacucho (alt2700m)

Réveil très matinal, 6h00, pour toute la famille… La grand-mère est déjà levée et prépare le petit-déjeuner, les enfants se préparent doucement ou aident en cuisine, le plus âgé fait la vaisselle de la veille, et le plus jeune des garçons balaye la court, la maman est au fourneau aussi. La maison est déjà  pleine de vie. Il y a une vraie vie de famille si tôt le matin. Les enfants partent à l’école à 7h30 et on le temps prendre une douche et un bon petit-déjeuner costaud. Riz avec une sauce aux cacahuètes et légumes… Ca sent déjà bon si tôt. Nous avons l’honneur de goûter à ce délicieux plat et la grand-mère nous fait l’honneur de goûter nos crêpes d’hier… Le père de famille nous dit qu’il va jusqu’à Ayacucho ce matin, et qu’il peut nous y conduire si on veut… Nous disons donc oui même si nous sommes invités à rester encore une journée de plus. Nous voilà parti pour la grande ville et nous déposons la plus jeune à l’école en passant. Nous sommes tristes de quitter une si gentille famille mais nous devons avancer…  Nous avons le plaisir de goûter au fruit  typique de la région en arrivant à Ayacucho, la Tuna, un fruit de cactus que ne l’on ne cueille qu’à cette saison ci, c’est vraiment très bon. Sur le chemin, nous discutons beaucoup avec Odon, le père, nous comprenons beaucoup de choses sur le Pérou, nous voyons aussi qu’ils ont besoin de progrès, d’avancer, d’éducation, nous sommes sincèrement touchés par l’amour qu’ils portent à leur pays mais aussi leur clairvoyance sur la réalité des choses. Ils disent ici, qu’ils ont de l’or dans les mains mais qu’ils ne savent pas comment l’utiliser… Beaucoup d’enfants ne vont pas à l’école, cela dit on le comprend, dans les villages où nous sommes passés, isolés de tout, on ne voit pas comment c’est possible d’aller à l’école tous les jours.  De plus, cette région ci, est entourée de mauvaises routes et les traditions ancestrales sont encore très fortes. Ils sont aussi désabusés face à leur gouvernement qui n’est pas à la hauteur de ce qu’ils attendent, pas assez de contrôle, trop de libertés et pas assez de moyen… Il faut du temps pour changer un pays, mais on sent  l’impatience et l’envie de vivre dans un pays qui soit équitable. Nous sommes heureux d’avoir pu discuter si longuement avec Odon et son frère… Nous avons appris énormément de choses en deux jours…

Delphine

 

1 Commentaire

J+ 201et 202 (24 et 25/03/2012) Ayacucho (alt2700m) – vers Cuzco en bus

Notre journée fût consacrée à se balader dans la ville, aux multiples églises, à déguster une bonne tarte aux pommes, à boire un bon café avec une vue superbe sur la ville… et bien sûr, visiter le superbe marché artisanal… mais Cuzco n’est pas loin, il faut faire des choix 😉

Ce soir, nous prenons le bus pour Cuzco, vers 19h et on en a pour plus de 18h avec un changement de bus à 6hoo du matin à mi-chemin.

Ce fût compliqué pour mettre les vélos dans la soute, on se voyait déjà rester sur le parking, ne pouvant embarquer… Une dame à pour finir dit qu’elle descendrait plus loin pour qu’on puisse mettre nos vélos devant ces bagages, et les bloquer. Pour nous faire plaisir dit-elle et surtout pour qu’on ait une bonne image du Pérou. Le fait est, qu’il fût difficile de les placer, car les trois-quarts de la soute était prise par des caisses de poussins vivants…

Nos vélos et sacoches sont finalement bien mis… ouf, nous respirons. Le trajet se déroulera sans encombre, sauf un pneu qui  a éclaté en pleine nuit au milieu de nulle part… Nous n’avons  eu qu’une heure de retard.

Escale à Andahuayillas, le bus est dans une heure… Pour embarquer les vélos, encore plus compliqué, ils iront sur le toit cette fois, ils n’y sont pas trop mal, on verra le résultat en arrivant à Cuzco…

Le voyage sera galère…. Nous mettrons quatre heures pour faire 100km… pause de midi puis on repart. Le bus ne fera que s’arrêter tout le temps, problème de courroie…  Toutes les demi-heures le bus s’arrête pour refroidir le moteur… Pour finir vers 15h, il s’arrête définitivement dans un petit village, à 80 km de Cuzco, en espérant pouvoir réparer…  L’heure tourne et aucune solution n’est trouvée. Tous les péruviens prennent un taxi ou se débrouillent mais nous, un groupe de trois allemands et deux françaises, nous sommes sur le carreau. Nous avec nos vélos, c’est compliqué de prendre un taxi et il commence à se faire tard pour continuer le trajet en vélo… folklo. Le chauffeur nous dit pour finir, qu’un autre bus venant de Cuzco va nous apporter la pièce qui fâche et qu’ensuite on pourra repartir. Il est déjà 18h, ça veut dire que nous ne quitterons pas le village avant au moins 22h pour arriver à minuit voire plus… On va dormir où ? Bin, dans le bus nous dit le chauffeur, au terminal on vous laissera y passer la nuit… Bon ok, on va faire ça, pas le choix de toute façon, se balader dans la ville en pleine nuit, non merci.  Pour finir aux alentours de 19h30, avec la force de persuasion d’un des allemands, Fabian, et d’un péruvien resté avec nous, ils réussissent à dégoter un minibus pour Cuzco qui sera payé par notre compagnie de bus, avec tout le monde et bagages à bord, même nos vélos sur le toit… En avant pour Cuzco alors.  Deux heures plus tard, nous sommes dans le centre et nous voilà à cinq pour chercher un hôtel qui soit abordable. Nous en trouvons pour finir un très rudimentaire mais à cette heure on s’en fout un peu. Nous allons tous manger dans un petit resto sympa… salade, spaghettis bolo et quinoa au programme.  Demain, visite de la ville… qu’elle aventure allez vous dire… Mais nous sommes bien contents d’être venu.

Nous avons rencontré deux sympathiques françaises, Sandrine et Céline et un allemand, Fabian, qu’elles ont rencontré deux jours plus tôt. Elles voyagent sac au dos et font du bénévolat également… Un beau voyage qui permet de faire de jolies rencontres et de vivre les choses réelles du pays…

Delphine

1 Commentaire

J+ 203 (26/03/2012) Cuzco (alt3400m)

Nous partons déjeuner au marché central en compagnie de nos rencontres de la veille… nous commençons tous à être habitué à l’ambiance des marchés dès le matin, un peu moins à l’odeur de la viande… Nous partons ensuite à la chasse d’un petit hôtel qui soit dans notre budget, le gars de l’hôtel de cette nuit ne nous plait pas trop, en changeant ces prix plusieurs après avoir conclu l’affaire, nous ne préférons pas nous y attarder. La tâche ne fût pas simple, nous avons fini par nous séparer… plus simple… Après avoir enfin réussis à trouver un endroit correct et abordable, ici, à Cuzco, c’est pas gagné… nous repartons pour prendre des renseignements pour nous rendre à Machu Picchu dans les jours prochains. Pas simple mais nous trouvons une agence plus ou moins abordable pour partir après demain. Rendez-vous à midi pour diner avec Céline, Sandrine et Fabian… Pareil, faut chercher pour manger à un prix raisonnable. Nous passerons l’après-midi a parcourir les nombreux boutiques et marchés de la ville, à devenir fous tant il y a de choix et de belles choses…  Nous trouvons de jolies choses, faites à la main pour la plupart. Lorsque c’est réalisé à la chaîne, l’intérêt est amoindri et sans sens pour nous. Il faut parfois fouiller, souvent marchander, mais nous pourrons ramener de vrais souvenirs… Ce qui a tous sont sens évidemment. Nous visitons le centre textile de Cuzco où l’on a pu voir des Indiennes en tenues traditionnelles réaliser leurs si beaux tissages. C’est absolument magnifique, et le petit musée attenant nous dévoile tout l’art du tissage et toute son importance culturelle. Que du bonheur, de plus la ville est superbe, certes « gringosissé » mais le charme est toujours là. En tout cas moi, j’y resterais des jours entiers si je le pouvais. Tant il y a de choses à voir, boutiques, marchés, galeries d’art, musées et églises… Et le simple fait de se balader dans la ville la nuit est enchanteur…

Delphine

Laisser un commentaire

J+ 204 (27/03/2012) Cuzco (alt3400m)

Ce matin, nous préparons notre départ pour MachuPicchu de demain matin… réservation de l’agence de voyage, après calcul, il nous semble  moins cher et plus pratique d’y aller avec une agence. Nous visitons la ville et allons finir nos achats au marché artisanal. Nous trouvons même deux beaux bonnets faits main et différents de ceux portés par tous les gringos… Le marché artisanal est très beau et coloré mais pour trouver de jolies choses faites à la main, il faut fouiller. C’est rempli de bonnet à deux sous réalisés à la chaîne… C’est vrai, ça a tout de suite moins de charme.  Nous faisons quelques courses avant de partir pour Machu Picchu, je sens déjà que le voyage va être long.

Delphine

Laisser un commentaire

J+ 205 (28/03/2012) Cuzco (alt3400m) – Aguas Calientes alias Machu Picchu Pueblo (alt2100m)

Nous démarrons tôt ce matin, rendez-vous à l’agence de voyage à 7h45. Nous devons rassembler nos affaires, les laisser en consigne pour les deux jours et partir déjeuner … Nous sommes en rue à 7h00 et pas un endroit n’est ouvert pour prendre un café ou un petit-déjeuner. Nous parcourons tout le centre pour trouver un petit endroit, nous finissons pas tomber sur un hôtel qui fait aussi le petit-déjeuner. Nous sommes très étonnés d’être dans une ville si touristique et qu’il n’y ait pas un endroit d’ouvert le matin. Mais beaucoup d’hôtel sont de luxe ou d’un certain niveau et l’incluent dans leurs prix. Le départ avec l’agence est un peu compliqué, nous changeons deux fois de bus et de chauffeur… Vers 8h30, nous pouvons enfin partir… Nous sommes avec un groupe de jeunes israéliens très très bruyant, le voyage va être trèèèèèèèès long. La première partie de la route est belle et agréable. Bonne route et bon chauffeur, c’est déjà ça. Après Ollantaytambo, très joli village de marchés, la mauvaise route se faufile dans les montages. Nous nous arrêtons à Santa Teresa pour prendre le dîner, il est déjà 14h30. Nous avons encore une demi-heure de route et ensuite trois heures de marche pour Aguas Calientes, nous arriverons donc la nuit, ce qui n’était pas vraiment prévu.  Nous arrivons à la station hydraulique où notre chemin en voiture s’arrête vers 16h30… le temps de se regrouper et de quelques explications, nous voilà partis le long de la voie ferrée. Comme rien n’est simple au Pérou, nous devons suivre une partie de chemin de fer, puis monter 15 minutes dans les bois pour retrouver la bonne voie qui mène jusqu’à  Aguas Calientes. Seulement, ça, le guide ne l’a expliqué à personne… Donc lui ayant l’habitude du chemin, file devant, les premiers du groupe le perdent de vue… Nous voilà à 30 personnes ne sachant où aller, il est déjà 17h30 et nous avons à peine avancé. Nous rebroussons tous chemin et tombons sur un autre petit groupe qui nous indique la bonne direction. Nous retrouvons avec soulagement notre guide sur la voie ferrée… Comment a-t-il pu perdre son groupe… allez-savoir. Le chemin est superbe la petite heure de jour qui nous reste… Les deux heures suivantes seront noires et cahoteuse… Le long de la voie ferrée, avec un chemin caillouteux et pas très agréable c’est de suite moins sympa. Mais nous sympathisons avec deux espagnols et deux argentins, ce qui rend le trajet moins ennuyeux. Nous arrivons au village vers 20h30, le groupe est séparé en plusieurs petits pour se répartir dans les différents hôtels. Nous dînons en compagnie des deux argentins et de deux jeunes allemands. La soirée est sympa, nous retrouvons les deux espagnols sur la place du village pour déguster une bière typiquement péruvienne. Nous décidons de nous retrouver tous le lendemain pour prendre le bus ensembles. Nous avons même l’honneur d’être invité lors de notre passage à Mendoza chez les deux argentins, on s’en réjouit. Demain nous accèderons au mythique site de MACHU PICCHU, j’en vois déjà qui en rêvent…

Delphine

1 Commentaire

J+ 206 (29/03/2012) Machu Picchu (alt2400m) – Cuzco (alt3400m)

Debout à 4h00 pour prendre notre petit-déjeuner en compagnie des Argentins, Mélissa et Téké. Nous rencontrons alors les autres cyclistes qui nous précédent de quelques jours et qui se sont perdus dans le parc Huarascan… le fameux parc où nous sommes retrouvés sous la neige à 4800m pour dormir 😉 Ils étaient trois, une polonaise, un espagnol et un mexicain, nous ne rencontrons que les deux premiers. La Polonaise avait perdu ces compagnons… qui, masculins, allaient sûrement  beaucoup trop vite.

Nous prenons tous le bus avec les autres rencontres de la veille à 5h30 pour attendre notre guide à l’entrée du site. Le site de Machu Picchu est impressionnant, dès qu’on y rentre. C’est largement à la hauteur de nos attentes et merveilleux. Nous quittons  le cœur gros les argentins qui ont décidé de grimper la montagne de Wayna Picchu. Nous allons prendre les classiques photos avec la montagne Machu Picchu en arrière plan… La magie opère malgré le flot de touristes qui arrivent à cette heure-ci. En visitant le site très tôt, on bénéficie d’un clame relatif et de la brume envoutante qui habite les lieux. Dès le soleil sorti, la magie est moins présente. Nous décidons de regagner le village à pied… cinq kilomètres d’escaliers en descente… mal nous en a pris… Dur dur et pas très agréable, mais on a déjà pris le bus pour monter donc on souffre un peu pour la descente 😉 Nous arrivons au village pour le dîner, mais comme ici tout est touristique et très cher, nous négocions notre repas… comme tout ou presque ici. Nous avons un train pour regagner la station hydraulique et ensuite 6h30 de bus. Le voyage en train ne dure qu’une demi-heure, dommage, c’est très joli et agréable avec le toit en verre. Nous reprenons le bus avec notre groupe de la veille, c est –à-dire un groupe de jeunes pas si jeunes qui se prend pour le centre de la terre… pause pipi en hurlant toutes les heures… musique à fond et commentaires stupides à chaque freinage brusque de notre chauffeur. Qui celui-ci fût beaucoup moins sûr de lui que le premier. Heureusement que la première partie de la route, qui est plus que mauvaise était de jour… la suite dans la montagne et dans la brume la nuit fût nettement  moins agréable. Nous nous sommes senti obligés, Cédric et moi, de rester éveillé tout le trajet afin d’être sûrs d’être en vie en arrivant à Cuzco. Nous sommes enfin arrivés entier en ville vers 21h… Ouf, nous respirons. Une bonne douche et au lit. C’est sûr, le Machu Picchu, nous ne l’oublierons jamais…

Delphine

Laisser un commentaire

J+ 207(30/03/2012) Cuzco (alt3400m)

Réveil difficile pour moi ce matin, je suis courbaturée de partout et surtout des jambes. Je paye notre rapide descente du Machu Picchu d’hier… Je n’ai pas une minute pensé à m’étirer et voilà le résultat. Je marche comme un clown et reprendre nos vélos demain va  être une joie 😉

Notre matinée sera consacrée à faire divers achats pour notre départ de demain, à relever nos mails et discuter sur skype avec qui nous fait l’honneur d’être connecté un vendredi soir.

Cédric prend le temps de nettoyer nos vélos, après les dures routes et le bus, il était temps. Cédric constate un problème dans mon pédalier… Nous filons au magasin de vélo où nous avons fait nos achats plus tôt dans la journée, le mécanicien n’est pas là… La gentille personne qui tient la boutique nous appellera dans l’après-midi à l’hôtel pour fixer l’heure demain matin pour rencontrer le mécano. Nous devrons donc prolonger notre séjour parmi les Cusquénos…

Nous dînons le soir dans les petites aubettes de rue de la ville, très bon les hamburgers, on vous les recommande 😉 Peut-être les seuls endroits pas chers de Cuzco…

4 Commentaires

J+ 208 (31/03/2012) Cuzco (alt3400m)

Nous avons rendez-vous avec le mécanicien au magasin de vélo à 10h30, nous avons donc le temps de prendre un petit-déjeuner tranquille. Nous retournons prendre un croissant et un morceau de tarte aux pommes dans la petite boulangerie où nous allons depuis trois jours. Les pâtisseries sont acceptables et le café est bon. Malheureusement pour nous, à deux cents mètres, nous trouvons une vraie boulangerie-pâtisserie comme chez avec des petits pains au chocolat à tomber… snifff on part demain.

Le mécanicien semble connaître son métier, nous le laissons donc tranquillement faire son boulot… Nous partons donc nous balader un peu dans la ville, se reposer… rien faire en fait 😉 on l’avoue…

Vers 17h nous repartons chercher nos vélos, c’est alors que nous rencontrons Julie et une amie qui l’accompagne, Aurélie. Nous avons rencontré Julie un mois et demi plus tôt à Cuenca. Quelle drôle de coïncidence, le monde est petit… Nous nous donnons rendez-vous sur la place principale vers 20h pour passer la soirée ensemble.

Nous retrouvons Julie et Aurélie sur la place… direction les petites aubettes de hamburgers où nous avons mangé hier… En chemin nous avons le plaisir le regarder des groupes de jeunes réaliser une danse traditionnelle du Pérou, impressionnant.

Nous sommes ensuite invités à partager le pisco sour dans leur auberge. Elles ont la chance d’avoir trouvé un endroit agréable avec une très jolie cour et un groupe de très sympathiques québécois sur les hauteurs de Cusco, le très beau quartier San Blas.

Delphine

Laisser un commentaire

J+ 209 (01/04/2012) Cuzco (alt3400m) – Urcos (alt3240m) 47km

Nous démarrons notre journée tranquillement… un bon café et hop nous sommes partis… Le temps d’acheter des rameaux, ici, comme chez nous c’est le dimanche des rameaux et la tradition est très forte. Il y a un monde de fou sur la place principale. Les églises sont remplies et tout le monde a son rameau à la main. J’ai une pensée particulière pour mon grand-père, pour qui ce jour de l’année est important. Je pense à lui en attachant les rameaux à mon vélo.

La sortie de Cuzco se fait assez facilement, ça descend tout le temps…  Mais Cédric constate un problème à son vélo. La potence ne tient pas bien et son vélo tremble de partout, pas très confortable ni très prudent. Nous nous arrêtons pour trouver d’où vient le problème… nous comprenons mais ne trouvons pas la solution. Nous voilà bientôt à cinq autour du vélo à se creuser les méninges. Pour finir, un policier nous conseille de nous rendre à un magasin de vélo pas loin qui semble ouvert le dimanche. C’est un petit gamin de 12 ans qui va résoudre notre problème… parce qu’en cherchant d’où venait le souci, Cédric a démonté aussi ma potence sans pouvoir la remettre correctement également. Nous avions l’air fin tous les deux avec nos vélos brinquebalants. Le problème résolu, nous repartons soulagés et impressionnés.

La route est jolie, nous grimpons un peu puis redescendons…  c’est encore assez sympa… plus cool que ce qui nous attend les prochains jours.  Nous arrivons à Urcos vers 15h, c’est jour de marché, nous en profitons pour déguster un « céviché » avec patates douces et riz…  Nous décidons d’y passer la nuit. Nous trouvons un petit « hostal » tranquille pour nous et nos vélos. Le marché est très coloré, les femmes portent leurs tissus traditionnels, on en a plein les yeux, c’est superbe… Mais difficile de les photographier… Ces moments là sont de jolis instants que nous nous efforçons de garder en mémoire.

Delphine

1 Commentaire

J+ 210 (02/04/2012) Urcos(alt3240m) – Tinta(alt3510m) 70km

 

Nous quittons la joyeuse Urcos de bonne heure ce matin… Nous savons que nous avons beaucoup à monter ces jours ci, mieux vaut démarrer tôt. Le paysage est partagé entre montagne et plaine, entre forêt de pins et pampa… Au loin les villages ressemblent à de petites bourgades du sud de la France, le soleil en moins aujourd’hui…  Les villages que nous traversons n ont pour ainsi dire pas de charme, dommage…  Nous oscillons toute la journée entre descente et côte…  Nous prenons le temps de faire des pauses, profitons pour goûter aux spécialités qui nous plaisent tant comme les « humitas », quenelle de mais sucrée aux raisins ou encore des boules panées fourrées avec des légumes accompagnés de pommes de terres. Nous avançons bien, nos pauses fruits sont bénéfiques. Nous arrivons à Tinta vers 15h30, nous avons bien roulé, nous décidons de poser nos valises. L auberge où nous dormons est plus que rudimentaire mais il fait bon. Dès 16h, le froid s installe insidieusement, si bien qu’il fait vraiment très cru la nuit tombée. C est la fête dans le petit village, les gens sont dans la rue ou à l’église. Nous dégustons de bons petits pains au fromage et un bon thé pour le souper. Cette journée aura été culinaire 😉  Nous sommes au chaud dans nos sacs de couchages lorsque la pluie tombe à verse…. On a bien fait de pas camper cette nuit.

Delphine

Laisser un commentaire

J+ 211 (03/04/2012) Tinta(alt3510m) – Aguas Calientes(alt4100m) 56km

Démarrage avec les poules, coqs et compagnie ce matin… Nous avons comme objectif, si possible d’atteindre le haut du col, 4338m, cette après-midi.  Seulement 65km nous en séparent, en sachant que la route est plane les premiers 35km… Nous filons droit, donc, c’est  alors que nous rencontrons un groupe de 4 cyclos suisses… Deux viennent d’Ushuaia, les deux autres de Santiago du Chili. Ils forment une très sympathique équipe. Ils nous disent que sur le chemin, il y a des eaux thermales très sympas et il y a même moyen d’y dormir… Pourquoi pas, ce n’est que 10km avant le col, ça nous permettra de pas dormir au dessus et de profiter des vertus thermales 😉

Nous avançon bien jusqu’à Sicuiani, petite ville à mi-parcours… L’occasion pour Cédric de déguster une spécialité locale, soupe de viande accompagnée de pommes de terre et de la chicha, boisson fermentée à base de maïs.  La route commence à monter dix kilomètres plus loin. Ca ne monte pas fort mais régulièrement, vers 12h, la pluie fait son entrée. Au début, légère et rafraichissante ensuite désagréable et froide. Nous sommes passés de 30°c ce matin à 7°c cette après-midi… Il ne fait pas chaud, l’ascension n’est pas aussi facile que nous le pensions… Nous arrivons à demi-sec à Aguas Calientes après plus de heures sous la pluie froide et battante à nous débattre avec ponchos et gants étanches pour essayer d’avancer. Le soleil fait évidement son apparition quand nous arrivons… L’endroit est particulier… si on ne nous l’avait pas conseillé, nous ne nous y serions sûrement pas arrêtés. L’auberge où nous dormons est très rudimentaire mais il y fait bon, pour les communs on repassera… mais le plus important sont les bains thermaux… Il y en a plusieurs, de grands bassins extérieurs ou de petits privés et couverts. Nous choisissons la deuxième option. Nous avons droit à une petite pièce pour nous avec de l’eau propre et bien chaude, ça sent bon le souffre et les minéraux. Premier bain depuis plus de sept mois, quel régal.  Nous sommes au milieu de nulle part, au milieu des montagnes…. Loin de toute grande ville… vive le bon air pur de la montagne.

Delphine

Laisser un commentaire

J+ 212 (04/04/2012) Aguas Calientes(alt4100m) – Ayaviri (alt3928m) 82km

Après une bonne nuit de sommeil réparatrice, surtout pour Cédric… Les nuits sur des matelas de paille sont un peu dures pour moi. Mais nous avons eu chaud et nous étions au calme, parfait. Petits pains à la confiture en guise de déjeuner et nous voilà partis à l’assaut des derniers kilomètres avant d’atteindre le sommet, 4338m. Petits réglages de vélos en cours de route et vers 10h, nous sommes au dessus. L’ascension s’est faite assez facilement mais je suis trempée de sueur. Nous sommes obligés de mettre des couches car le vent est glacial mais dès que nous faisons un effort, nous avons chaud. Mon corps me joue des tours car Cédric n’a pas ce souci là. Nous faisons une petite pause au sommet où sont installés des stands d’artisanat. Lieu d’arrêt de beaucoup de bus pour laisser admirer la vue aux passagers. Nous sympathisons avec le chauffeur et accompagnateur d’un des bus à l’arrêt. Séance photos et questions 😉 Nous avons même droit à un bon café chaud offert par le chauffeur. Nous commençons ensuite la descente en pente douce, nous sommes dans la pampa…  Nous arrivons deux heures et 40km plus tard à Santa Rosa pour le dîner et un bon café chaud. Nous avons encore 40 km à faire jusqu’à Ayaviri… Donc nous ne traînons pas en route. Nous sommes en montagne et le temps change tout le temps. Soleil avec vent très froid. Il fait 18°c et nous sommes obligés de rouler avec nos polaires. Ensuite vient la pluie qui nous guette depuis une bonne heure, mais on sera plus ou moins épargné.

Depuis notre départ de Cuzco, nous longeons la ligne de chemin de fer… que nous devons passer plusieurs fois par jours…. Suspense à chaque fois évidement 😉  Le train à vapeur qui y passe est touristique et va jusqu’à Puno, près du lac Titicaca. Avant-hier nous l’avons vu de loin mais aujourd’hui il passe tout près de nous… Moment d’émotion pour moi tant ça me rappelle Tintin, et je sais que ne suis pas la seule. Si un jour j’avais cru passer si près de cette voie de chemin de fer qui m’a fait tant rêver des Andes…

Les passagers me font de grands signes, que j’aurais voulu être à leur place. Mais c’est décidément hors de prix. Plus de 200 euros pour faire 400km…

La route est agréable et belle… les hauts cols enneigés nous entourent, la pluie et le soleil donnent de jolis reliefs aux montagnes vertes… Mais ce qui donne le charme et ses couleurs aux Andes, ce sont les innombrables Indiennes que nous croissons portant sur leur dos leurs magnifiques tissus colorés.

Nous croissons souvent des ouvriers sur la route, l’entretenant et  la réparant … C’est universel, ils sont toujours sympathiques à notre égard…Depuis le début de notre voyage, ils nous font de grands signes et nous souhaitent bon voyage. Nous aimons décidément beaucoup l’Amérique Latine.

Delphine

2 Commentaires

J+ 213 (05/04/2012) Ayaviri (alt3928m) – Juliaca (alt3830m) 97km

Réveil brumeux et bruyant… Les autres occupants de l’hôtel  s’en donnent à cœur joie dès 5h du matin. La pluie est tombée toute la nuit, si bien que le ciel est gris et ne laisse rien présager de bon. Journée pluvieuse et froide en perspective. Nous qui voulons atteindre Juliaca à plus de 90km, on va rire. Nous partons donc sous la pluie sans avoir pu boire un café, tout est fermé à cette heure ou presque. Il est possible de trouver du poulet ou des Tupperwares mais pas de café… tant pis. La pluie cesse assez rapidement, déshabillage obligé. Nous nous étions habillés comme des cosmonautes-plongeurs afin d’affronter le froid et la pluie… il ne fait que 10°c, le vent souffle mais plus de pluie. Vers 10h, nous atteignons la première ville, pause café et petits sandwichs au fromage délicieux. Nous en emportons pour notre pause de midi. Nous avançons bien, vers 12h, nous avons déjà fait 60km… nous dinons en bord de route avec un paysage magnifique. La journée s’annonçait froide et morne, elle fût ensoleillée, douce et agréable. Nous roulons avec le soleil dans le dos pour nous réchauffer et le vent de face pour nous rafraichir… la température parfaite 😉  Nous approchons à grands pas de Juliaca, on sent que  la circulation s’intensifie, les gens roulent vite. Si vite, qu’une voiture en voulant sûrement faire un dépassement, se retrouve de l’autre côté de la chaussée, voiture sur le toit… heureusement freinée pas la boue, il n’y a que des dégâts matériels.

La ville est réputée pour être moche et pas sympa. Moche est l’est sans conteste… pas sympa difficile de dire, les gens depuis ce matin son particulièrement souriants et gentils à notre égard, même ici… Cédric  a même mal aux mains à force de répondre à tous les coups de klaxons des voitures, bus, camions et vélos 😉

Nous trouvons tout de même un hôtel bon marché (merci Lonely planet) en centre ville et agréable. Les matelas ne sont pas en paille, c’est un bon point non négligeable 😉  Nous sommes justes en face d’un centre commercial, nous en profitons pour acheter du bon pain… Nous sommes de l’autre côté de la barrière sociale du Pérou… ici, tout est propre, rangé et sécurisé. Il n’y a que les plus fortunés qui peuvent se permettre de faire leurs courses dans cet immense temple de la consommation. Le contraste est d’autant plus grand ici, la ville est tellement sale et triste.

Delphine

Laisser un commentaire

J+ 214 (06/04/2012) Juliaca (alt3830m) – Puno (alt3823m) 47km

Après une nuit réparatrice pour nos mollets et nos fesses, nous quittons  Juliaca sans avoir pu boire de café, comme d’hab quoi 😉  La sortie de la ville est encore plus moche que le reste. Bâtiments en terre tristes à mourir, les rues autour de la rue principale ne sont même pas asphaltées,  il y a de la boue partout. L’Altiplano est superbe sous le soleil mais sous la grisaille, il perd tout son charme. Les deux premières heures de vélos sont un peu dures pour nous deux. Le vent est de face, le froid est de la partie et le ciel est couvert. Nous traversons de tristes petits villages, la route est rectiligne, ce qui nous donne  l’impression de ne pas avancer. Vers 11h, le ciel se dégage,  le soleil pointe le bout de son nez… nos os se réchauffent.  Nous entamons la première et ultime colline qui nous mène à Puno.  Nous  commençons à apercevoir le lac Titicaca… Nous grimpons à travers de jolies collines, presque le sud de la France, avec ce soleil, c’est magique. Nous atteignons le sommet accompagné d’un mal de fesses carabiné, pour moi… les loooongues étapes de plat comme hier ont aussi leurs défauts.

A premières vues, Puno n’est pas une très jolie ville… mais proche du lac, où la vue est imprenable. Nous avons dégoté un petit hôtel sur les hauteurs, pas mal d’ailleurs la descente à 21% pour aller au centre ville et puis l’autre côte pour atteindre l’hôtel…  Nous avons une chambre au dernier étage de l’hôtel avec vue panoramique…  Les perles se méritent 😉

Mais la ville est morte, ou presque. C’est vendredi saint et jours férié ici. Il n’y a que des gringos comme nous qui déambulent un peu ennuyés que tout soit fermé. Nous visiterons la ville et le port demain matin. La ville est la capitale folklorique du Pérou, et ce soir, au loin nous entendons la fanfare et son cortège religieux parcourir les rues de Puno.

2 Commentaires

J+ 215 et 216 (07 et 08/04/2012) Puno (alt3823m)

Nous visitons la ville, qui cela dit en passant n’a rien de passionnant si ce n’est son accès aux îles de Taquille et Uros. Nous avons décidé de ne pas les visiter mais d’aller aux îles côté bolivien.  La ville est tourefois, sympa et le port agréable, nous profitons du soleil et d’un bon resto pour nous reposer et être d’attaque demain…  Seulement voilà, dimanche, c’est Pâques et Cédric a la drôle d’habitude d’être malade les jours de fête… Petite indigestion du jour précédent, l’agneau à l’ail n’est pas passé 😉 Donc, nous restons un jour de plus à Puno… moi à lire, skyper et regarder des films, Cédric à dormir profondément. Sûre, nous serons d’attaque demain.

Delphine

Laisser un commentaire

J+ 217 (09/04/2012) Puno (alt3823m) – Juli (alt3900m) 82km

Nous quittons Puno et sa très sympathique auberge avec les adieux chaleureux du propriétaire des lieux, qui est archéologue et qui a donné à cet endroit une âme particulière, surtout sur le toit-terrasse. La vue est superbe et les murs sont peints de belles fresques représentant les danses traditionnelles du Pérou. Nous sortons assez rapidement de la ville, où nous retrouvons notre chère route plaaaane 😉  nous avançons bien, le vent n’est pas trop de face. En arrivant à destination, nous avons la joie de voir au loin les monts Boliviens Illanpu et Ancohuma, qui culminent à 6368m et 6427m. La chaîne montagnes est enneigée et le spectacle est irréel. Nous arrivons à Juli lorsque le temps change… Nous avons de gros nuages noirs qui nous poursuivent depuis un bon moment. La ville est sympa et la place principale agréable. L’hostal où nous dormons est sur la place avec une jolie vue mais Cédric est obligé de se casser le dos pour monter les vélos dans notre chambre 😉

Une grêle infernale finira par s’abattre sur la ville et avec la véranda sur le toit de l’hôtel, le boucan est impressionnant. Nous sommes contents d’être au chaud dans nos sacs douillets.

Laisser un commentaire