browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Colombie

Colombie

 

Capitale :
Bogota
Langue :
Espagnol
Monnaie :
Peso colombien
Nombre de Km prévu :
0
Nombre de Km réalisé :
1536 (37 jours)

Photos

 

Colombia.png
20111207181042
20111208083431
20111208132541

Voir toutes les photos de la Colombie

Trajet


Laisser un commentaire

J+90 à 94 (du 3 au 7/12/11) Puerto Lindo(Panama)- Cartagena (Colombie)

Le matin du 3 décembre, nous nous attendons à partir de bonne heure, mais le capitaine arrive sur le bateau  en nous disant que nous ne partirons pas ce jour car les conditions météo ne sont pas bonnes et qu il est interdit de partir…. et bien… nous resterons sur le bateau la journée à lire, à nager et à faire du kayak… il y a plus dur…

Lendemain matin nous  partons vers 8h, pour 6h de traversée, interminables… pour nous deux en tout cas…nous avons été malade comme des chiens…Notre traversée à nous consistait en un aller et retour couchette-WC, et le tout sur sol très mouvant,  pas cool pour notre baptême naval …. Mais nous avons été récompensé à notre arrivée dans les magnifiques îles San Blas au large du Panama, nous y sommes restés deux jours à profiter de la plage de sable blanc, de la mer turquoise, du soleil… à visiter les îles, se balader en kayak, à faire du snorkeling… l endroit est superbe et préservé de toute «  civilisation moderne» … Les kunas vivent entre eux, avec un contact fréquent avec les étrangers, mais aucun de nous n est autorisé à habiter sur les îles, ni à louer quoi que ce soit. Il y a juste les bateaux et quelques rares hôtels… Les femmes kunas vendent et s habillent avec de superbes molas qu elles réalisent elles-mêmes. Sorte de superposition de tissus, de toutes couleurs, le résultat est impressionnant…

La plupart des personnes de notre groupe sont sur l île pour dormir, nous ,nous restons sur le bateau et  passons une agréables soirée en compagnie d autre capitaine français, tous aussi déjantés les uns des autres, et d autres voyageurs français également. On découvre un autre monde, une autre façon de vivre, certains vivent sur le bateau depuis plusieurs mois voire années. Il y a une sorte de chouette solidarité entre eux…

Nous sommes une vingtaine sur le bateau, 4 motards  américains,2 frères et une sœur  américains eux-aussi, 1 argentin et sa compagne canadienne, une famille de 6 espagnols, 1 australien, nous deux, le capitaine et julia qui est russe et qui aide le capitaine… La voyage s est bien passé, avec 20 personnes on aurait pu craindre la pire mais tout  s est déroulé calmement, sans accros… Ce qui est comique c est que nous sommes tombés sur des voyageurs au long cours, comme nous ils traversent tous l Amérique que ça soit en voiture ou en moto… Donc l ambiance fût cool, calme et sympa…

Nous repartons le lendemain pour une traversée de 28 h… ce fut dur dur mais nous n avons pas vraiment été malade… cooool… Arrivée sur une île au large de le Colombie pour mettre pied à terre, manger et un peu se reposer, le capitaine à aussi besoin de repos.

Départ le lendemain vers 6h30 pour 12h de trajet, nettement plus calme. L arrivée à Carthagena de nuit en superbe, avec tous les buldings illuminés, le calme de la mer… que du bonheur de mettre pied à terre…  Mais nous aurons le mal de terre pendant quelques heures… voire même le lendemain.

Voilà, c est assez difficile de résumer ces cinq jours en quelques lignes, surtout qu à l heure actuelle, en tapant ces quelques lignes, ma tête me fait toujours bien souffrir et que j ai du mal à lire les touches de mon clavier…  Le reste du mal de terre…Plus d anecdotes et d histoires dans les prochains jours…

On vous embrasse tous fort fort, on pense souvent à vous tous qui nous lisez avec attention… Voilà trois mois que nous sommes en route, et nous venons de tourner la page de l amérique centrale… à nous la sud alors…

Delphine

 

Bref retour sur l aventure de Cédric Jones du 2/12

Cela faisait une demi heure que  j avais abandonnée le petit chemin et décidé de remonter le cours du  ruisseau. La jungle partout autour de moi était verte et dense. Je jurais  une ènième fois de ne pas avoir apporter ma machette (que je  n ai jamais eu). Et soudain, je crois entendre un grognement tout près de moi. Je réfléchis, le pire, c est un jagard, mais il ne s attaque pas à l homme.Donc pas de panique. Puis, un second. C est sur ce n est pas mon imagination qui me joue des tours, je ne suis pas seul. Et puis, ce que j avais pris pour un grognement, se fait plus fort et se multiplie tout autour de moi. Me voila encerclé, pris au piege…par une orde de singe…(vidéo publiée des que possible)

{youtubejw}hQdJ3h7ecB8{/youtubejw}

{youtubejw}r75-v1QKQkg{/youtubejw}

 

 

 

 


2 Commentaires

J+94 à 98 (du 7 au 11/12/11) Cartagena (Colombie)

Nous voilà enfin arrivé à bon port, nous prenons un taxi jusqu au quartier Gestsemani dans la vielle vi lle de Cartagena, hotel recommandé par notre capitaine,et la surprise est bonne… Cest sympa, calme avec une court intérieure où l on peut lire, déjeuner, skyper… La ville est vraiment superbe, El Centro particulièrement, très bien conservé, avec ses boutiques de luxe, des magasins pour touristes, des superbes bijouteries vendant de l or et des émeraudes… Tout y est magnifique, il y a un nombre incalculable de vendeur dans la rue, de très jolies dames vendant des plateaux de fruits,découpé devant nous… On trouve des fruits partout, des mangues, des pastèques, des papayes, des fraises, découpés en dès et mis dans des gobelets, on en mangerait toute la journée… C est un peu ce qu on fait, on goûte à pleins de bonnes choses, difficile de résister à la tentation… Nous dégustons même de délicieuses pizzas, comme dans les bons italiens de chez nous, on mange bien sûr des plats typiques de la Colombie… riz, viande ou poisson, salade, yuca ou bananes plantains frites… On se balde aussi beaucoup dans Gestsemani, le quartier est moins propre que le centre mais est plus authentique, c est là que ce situent les petits restos bons marchés et les hôtels accessibles au backpackers que nous sommes… La ville regorge de vie, il y a de la musique partout, la première impression de la Colombie est plutôt positive… tant mieux. Le dernier soir nous rencontrons deux Argentins qui parcourent l Amérique du sud depuis 7 mois déjà et qui nous refilent pleins de bonnes adresses et endroits à voir… la soirée en leur compagnie est sympathique… Nous avons tous les deux le coeur gros de quitter cette ville si intéressante, on aurait voulu faire plus, visiter des musées… mais l envie n y était pas, après avoir passé 6 jours sur le bateau entouré de 18 autres personnes, on a aussi envie de se détendre, de simplement flaner dans les rues… de regarder les gens passer, de se moquer gentiment des autres touristes, on peut , on a aussi des looks improbables … Mais après 15 jours de non-sport, Cédric a des fourmis dans les jambes… Donc départ demain, dimanche, c est mieux, il y a moins de monde sur les routes à la première heure …. Delphine

Laisser un commentaire

J+99 (11/12/11) Cartagena- San Juan 92 km

Ce matin, on a du mal à se lever, réveil en douce à 6h30, où calmement nous démarrons notre journée… Départ officiel à 8h00 … après plusieurs cafés… La sortie de la ville se fait plus ou moins sans encombres, du moins plus facilement que pour les autres grandes villes… mais le contraste est saisissant, on passe du ville propreté, à des quartiers franchement abandonnés… la route est chaotique, il y a des bus, des motos partout… faut se faire sa place…

Après un petite heure, nous sortons enfin de l’agglomération et profitons un peu de l air de la campagne, nous passons dans de petites villes sans grand charme mais toujours avec de la musique…

Nous décidons de nous arrêter pour dîner, dans un petit resto… l accueil des propriétaire est super sympa, ils nous posent pas mal de questions, nous présentent leur superbe perroquet,  et même leurs deux hiboux. Julio, nous explique que seul son oncle peut l approcher… Je n avais jamais vu de rapace en liberté de si près…  Nous repartons content de notre avant midi.

Nous prévoyons de faire pas mal de km, le profil étant plus ou moins plat, mais on grimpe toujours un peu, on s approche gentiment de la Cordillère des Andes… dans moins de 500 km on aura la tête dans les nuages à plus de 2000m… On s en réjouit car il fait une chaleur étouffante plus de 35°c… Mais une forte pluie nous aide à nous sentir plus léger… Nous trouvons un hôtel de routier à San Juan après 92km, on est content, nous n avons pas perdu la jambe en 15 jours 😉

Le long de notre voyage aujourd hui, nous avons vu un nombre incroyable… d âne, à la surprise de Cédric , qui je crois s est pris d affection pour eux…

Delphine

Laisser un commentaire

J+100 (12/12/11) San Juan – Los Palmitos,83 km

Des ânes, des ânes, des ânes…La Colombie est vraisemblablement, le pays des ânes.  Sur le bord de la route, il y en a les tous les  400m.

Les premières impressions sur la Colombie sont favorables. Les Colombiens semblent être  curieux , joviales et calmes. Niveau sécurité, aucun soucis, il y a des policiers partout. Au niveau nourriture,  Delphine est tombée sous le charme des pizzas. Nous n avons pas encore vue un seul Mc Donald ou autre grande chaîne américaine. L oncle Sam serait-il resté bloqué à la porte du Darien ?

Pour les paysages bucoliques, je pense que nous devrons encore patienter 400 km et franchir notre premier col à plus de 3000m .

Cédric

3 Commentaires

J+101 (13/12/11) Los Palmitos – Sahagun 72 km

 Que dire de cette journée… bin quelle fût longue, chaude, que nous avons trouvé un petit hotel abordable dans le centre ville( première fois qu on s aventure dans un centre ville…). Le centre est agréable quoique en travaux, il y a des petites aubette de nourriture partout, hamburger, jus naturels avec ou sans lait…. on préfère avec lait, nous allons devenir des experts en jus…. on en boit tous les jours, ici ça vaut rien, je pense que pour nous deux, avec une portion généreuse, on en a pour 3 euros maxi… alors pourquoi  s en priver…

Nous flânons donc le soir un peu en ville, les gens sont très accueillants, très curieux de savoir d où nous venons, essaient de nous parler en anglais, demande ce que nous cherchons si on regarde à gauche et à droite en rue, les gens vont trouver Cédric qui se balade dans les rayons des supermarchés pour savoir s il trouve ça assez grand… on lui explique aussi à quoi sert tel ou tel fruit… Les hôtesses de caisses nous souhaitent la bienvenue en Colombie… On se sens franchement en sécurité pas par la présence continue des policiers ou de l armée…. mais par le calme des Colombiens,leur gentillesse. On ne sait pas ce que l avenir nous réserve mais en tous cas, depuis 7 jours maintenant,  image que les médias on fait de la Colombie n est pas vraiment juste. Pour les voyageurs que nous sommes, le danger n est pas omniprésent comme on pourrait le croire.

La Colombie est de plus en plus visitée, nous croisons de loin des motards, des voyageurs suisses, on nous dit  ici qu il y a des suisses qui voyagent également en vélo,et une famille d américains aussi…

Donc nous ne sommes pas seuls  😉

Delphine

Laisser un commentaire

J+102 (14/12/11) Sahagun –Planeta Rica 76 km

Ce matin, nous n avons pas le cœur à rouler… les nouvelles de Belgique ne sont pas très drôles et on a le cœur gros…  La journée sera comme les autres depuis le départ de Cartagena, c est à dire chaude, en montagne russe perpétuel … mais nous arrivons assez vite à notre destination prévue en ayant même pris le temps de manger calmement à midi. On ne pousse pas jusqu au centre ville… pas envie de se perdre dans un dédale de rues, surtout qu ici les villes nous semblent plus grande que ce que nous a habitué l Amérique centrale…

et on y perd vite son temps et son latin à chercher un endroit pour dormir. La Colombie regorge jusqu à présent d hotels au bord de la route… il y en a partout. Tout comme les motos, je ne pense pas avoir vu autant de motos de ma vie en si peu de temps. Tout le monde se déplace en moto, et il y a des motos-taxi partout… pas de bus, mais des moto-taxis, c est drôle… On ne voit aucun arrêt de bus, juste de gros terminaux pour les cars qui font les grandes distances.

Ils transportent tout en motos, de la caisse à bananes, aux livraisons faites au petites tiendas de villages en passant par les gros cochons morts… très comique d ailleurs(on a pas eu le temps de prendre la photo). Ils sont parfois à quatre sur une moto… trois adultes et un enfant et sans casque évidement… vive la sécurité routière.

Et vous pouvez nous féliciter, nous venons de passer le cap des 4000 km.

Delphine

2 Commentaires

J+103 (15/12/11) Planeta Rica-Caucasia 70 km

Nous prenons le temps ce matin de prendre un petit déjeuner typique, c est à dire, des oeufs brouillés, du riz, du fromage blanc(un peu comme de la mozzarella) et un toast…. plus, évidement du café de Colombie… On va commencer à vous répertorier toutes spécialités que l on mange ici… pour que ne pas oublier et pour vous faire découvrir une culture des repas très différente de chez nous. Il y a des restaurants absolument partout, on sais que l on est sur un axe routier très fréquenté mais énormément de gens des villages, donc autre que les routiers, vont prendre leur petit déjeuner dans les restos, ils boivent énormément de « jugos naturales con leche o con agua », donc  des fruits frais ou congelés avec de l eau ou du lait, du sucre et des glaçons…. il y a des petites aubettes partout… tentant… On a répertorié au moins 18 sortes de fruits locaux … plus tous ceux qu on ne connaît pas encore. A midi on mange souvent du riz avec des platacoton (sorte de galette de bananes plantains), de la salade, avec  des haricots rouges avec ou sans viande ou poisson( le plus souvent sans). On essaie de rester leger pour rouler surtout avec cette chaleur. Le soir c est light ou s il y a une grande surface on se fait plaisir en prenant des produits frais qu on ne peut pas acheter les autres jours. Yaourt, pâtisserie, charcuterie ou fromage….  Les restos de comida corriente ne manquent pas, restos où l on trouve des plats comme à la maison à prix léger, aussi les aubettes de comida rapida, hamburgers, pizza, boule de riz ou de viande panées.. mais c est bien trempé dans la graisse… donc c est franchement moins bon. Pour nous il est possible de manger pour 5 euros à nous deux, boissons et café compris… donc on ne cuisine pas beaucoup à vrai dire. Mais bon quand on sait que le salaire minimum en Colombie est de 226 euros par mois, et il vient d être augmenté, on comprend pourquoi les restos et les hôtels sont bons marchés. De plus, les restos sont souvent pimpants, propres et bien décorés… mais un tour fait dans la cuisine et on comprend le creux qu il y a entre les restos ici et chez nous. C est de la terre au sol, les tables de travail sont en bois et branlantes, les « plaques de cuisson » sont réalisées avec de la terre… les casseroles doivent avoir cent ans et la vaisselle à vecu mille ans… mais ça ne change rien au fait que tout est bon, le poisson est frais, la viande, on sait pas trop, elle est très bien cuite, à du goût mais n est pas franchement tendre… mais quand on voit les boucheries, on imagine bien la vie de la viande. C est une question d habitude, mais il est vrai que le sujet de l hygiène n est pas le principal. A contrario de cela, les gens sont toujours bien sur eux, dans les hôtels, même très bons marché, les salles de bains sont propres… les chambres bof… mais les draps de lit oui… les grandes surfaces sont impeccablement rangées même plus que chez nous Complice sauf ceux  de Dison et de Herve qui sont bien sûr toujours impeccables.

 

Delphine

1 Commentaire

Danse Cartagena 09/12/2011

 

{youtubejw}jLkL_-VZ_CI{/youtubejw}

Autres vidéos

1 Commentaire

J+104 (16/12/11) Caucasia-Taraza 68 km

La rumba de cette nuit nous a franchement empêché de fermer l oeil… il y a des bars partout et ils font la fête de nouveau jusqu à pas d’heure… et oui on croit s’y habituer mais au fond on s’ habitue jamais vraiment aux rythmes de la rumba jusqu à 2h du mat.. surtout quand le reveil sonne à 6h…  Donc debout mais lentement… Nous voilà parti en direction de Taraza, en sachant que notre étape n’est pas très longue aujourd hui… Le matin nous avons la bonne surprise de croiser deux autres cyclos, deux allemands, frère et soeur. Elle, elle est sur les routes seule depuis plus d’un an et son frère la rejoint en cours de route. Elle vient d Ushuaia et a évidement traversé toute l Amérique du Sud… Et part à la conquête du centre et du nord… seule, son frère l’abandonne à Panama City. C’est épatant de voir une femme seule voyager comme ça, dans des pays que l on dit dangereux 😉

Les paysages que nous traversons sont désolés par les inondations, les maisons en bois sont sous eaux… l’eau des rivières frôle de façon inquiétante les ponts et les berges… et un peu plus loin, nous découvrons une route sous eaux, totalement engloutie… on s’ y aventure prudemment de même que les voitures et camions… en espérant qu il n y ait pas de nid de poule et que je réussisse à tenir l équilibre étant donné la faible vitesse à laquelle nous avançons. Nous voilà donc à Taraza vers 15h30… La ville n a rien de très attrayant à nous offrir. Vivement les prochains jours.. je dis ça et puis quand on grimpera, je dirais que c’est insupportable et que je veux du plat 😉 mais vous me connaissez maintenant, donc je peux m’exprimer ouvertement.

A bientôt pour nos exploits dans la Cordillères des Andes…

Delphine

{youtubejw}B-ijjWqu0QQ{/youtubejw}

http://www.swinde.de/

1 Commentaire

J+105 (17/12/11) Taraza – Puerto Valdivia 68 km

Après plusieurs centaines de kilomètres dans le même décor, voici tout doucement la cordillères qui montre le bout de son nez. Nous ne grimpons pas encore vraiment, ce sera pour demain. Toutefois,les paysages ont changé, nous suivrons toute la journée un fleuve sorti de son lit par les fortes pluies des derniers jours. Nous sommes dans le creux d’une vallée entourées par des collines verdoyantes.

Le samedi  doit certainement être le jour du lavage des voitures en Colombie. Tout le long du chemin, il y a des tuyaux crachant l’eau vers le ciel. Nous avons l’impression de pédaler entre des geysers d eau. Par contre, nous ne voyons pas beaucoup de voiture se faire laver. Peut-être essayent –ils de faire descendre le niveau du fleuve ?

Cédric

{youtubejw}d8pYiWUgwFw{/youtubejw}
5 Commentaires

J+106 (18/12/11) Puerto Valdivia – Valdivia 23 km

Début d ascension difficile. Il fait chaud et humide et il y a beaucoup de trafic. Nous nous arrêtons pour déguster un petit glaçon. Celui-çi sera salvateur, les pourcentages deviennent plus agréables, nous filons vers l arrivée du jour. Et puis, embouteillage. Nous dépassons avec un certain plaisir tout les véhicules qui nous ont doublés, il y a quelques heures. Nous arrivons sur les lieux de la cause de ce bouchon de plus de 3 km. 2 camions sont de travers. Nous ne savons pas trop pourquoi. Nous essayons de passer sur le coté, mais c est trop étroit même pour nous cyclistes.On nous dit de passer sous le camion…Trop fort…. aidés des militaires, nous passons sans même devoir pencher nos vélos. Aujourd hui, l ascension la plus rapide sera pour moi et del. Nous dormirons, une fois de plus, dans un hôtel de routier, c est très abordable , rudimentaire mais propre. Les routiers ont un horaire proche du notre, ils se couchent tôt et se lèvent tôt. La garantie de nuit calme.

Cédric

Laisser un commentaire

J+107 (19/12/11) Valdivia – Yarumal 39 km

Ce matin , départ avec les poules et le chant du coq… on a 35 km d ascension et on ne sait pas à quoi s attendre même si les camionneurs ( qui nous ont proposé de nous accrocher derrière eux pour aller plus vite…) nous demandent si on sait bien vers quoi on va… il y a une longue longue côte pas cool devant nous . Nous partons donc en sachant que la journée va être longue. En effet la côte est longue, on en voit la fin ( qu on croit être la fin) mais avec les serpentins de la route on en fini pas. Les paysages deviennent très beaux, les villages se raréfient, il n y a que des petites « maisons » le long de la route, faites en bâches noires ou en bois délabrés…Nous traversons les taudis de la campagne, les gens et enfants sont assis au bord de la route et regardent les camions passer …

Bien inspirés d être parti tôt ce matin, nous arrivons plus vite que nous l espérions à Yarumal après plus de 5h de montée… On arrive sous la pluie et le froid… le thermomètre a  dégringolé de 20°c, faut s y habituer. Nous trouvons un hôtel  sympa… en sachant qu on va devoir y rester sûrement quelques jours pour attendre notre colis qui doit arriver à la poste restante de Yarumal.

Delphine

Laisser un commentaire

J+108 et 109 (20-21/12/11) Yarumal

 

Voilà, nous sommes depuis deux jours à Yarumal, ville sans charme, très vivante avec une place et une cathédrale assez imposante…. Il y a de la vie partout, des commerces de tout et n importe quoi à tous les coins de rues, des cafés et petits restos très typiques et pas un seul gringo à l horizon… Mais bon, rien de passionnant à y faire et pourtant nous devrons patienter. Nous avons déjà reçu un des deux colis, mais le deuxième se fait désirer. Nous aurions bien voulu être à Medellin pour Noël mais à l heure actuelle rien n est moins sûr. Nous en profitons pour aller chez le coiffeur, acheter quelques petites choses que nous avons dû mal à trouver ailleurs… mais les journées sont longues, d autant plus que nous sortons de deux semaines  d inactivité au Panama… Mais avons-nous le choix… bin non, alors nous sommes philosophes et nous adaptons au mode de vie d ici… ( étant donné que c est les vacances scolaires, il y a beaucoup de gens en rue, des enfants partout…) On va boire des cafés et des jus naturels, goûtons aux spécialités locales, discutons avec les employés de la poste des différences entre la Colombie et la Belgique, nous baladons en ville… Et nous patientons… comme le font les Colombiens.

Delphine

1 Commentaire

J+111 (23/12/11) Yarumal –Santa Rosa de Osos 50 km

Nous avons enfin reçu notre colis ce matin, après quelques formalités administratives pour récupérer notre colis, nous décidons de partir. Nous voilà sur nos vélos à 11h30, première fois que nous partons si  tard en sachant que nous avons minimum 50 km de prévu voir plus si on avance bien.  Nous arrivons enfin à Santa Rosa au environ de 16h30…. heureux après presque 4h30 de vélo non-stop… Nous sommes monté jusqu à 2800m en partant de 1900m le matin et nous redégringolons jusqu à 2500m enfin de journée.

Au milieu de nul part nous trouvons un hôtel… blinquant, super sympa, avec un lit comme chez nous, par contre nous avons froid… nous sommes partis le matin avec presque 30°c et nous voilà arrivé et il ne fait pas plus de 16°c, l air est froid, les chambres ici ne sont jamais chauffées et l air y est cru… Mais nous dormons bien… Demain une grosse journée nous attend, 85km pour atteindre Medellin où nous avons réservé un hôtel…

Laisser un commentaire

J+112 et 113 (24 et 25/12/11)

J+112  et 113 (24 et 25/12/11) Santa Rosa de Osos-Medellin  86 km

Ce matin, départ tôt, après un bon petit café offert par la réceptionniste, nous partons alors que le jour se lève à peine et qu’il ne fait que 14°c. Nous sommes parés de nos polars, gants et vestes étanches contre la bruine matinale. Nous savons que nos parcours du jour est en dents de scie…. montées et descentes se succèdent sans fin. Mais les paysages en valent vraiment la peine. Nous amorçons notre descente de presque 1000m après 35km. Arrivé en bas, la chaleur est étouffante, nous retrouvons nos cher  30°c…. Et une autoroute menant jusqu à Medellin, mais bien sûr lesvélos sont accepté, d ailleurs nous croisons pas mal de cyclistes tentant la montée… Les 30km restant jusqu à Medellin nous paraissent longs, rien à voir, pas mal de circulation… Nous trouvons notre hôtel assez facilement grâce au GPS. Nous sommes heureux d arriver assez tôt pour pouvoir nous connecter sur skype et discuter avec nos famille. La soirée sera en demi-teinte, souper sympa avec un bon vin argentin et pizza exceptionnellement bonne. Le patron est Argentin, son épouse Colombienne avec une maman italienne… d où ce curieux mélange. Nous rentrons à l hôtel assez tôt, tous les bars et restos sont fermés. En pensat passé une soirée et une nuit agréable, nous découvrons le bar de l hôtel à moitié vide avec des poivrots au bar et la musique hurlant jusqu’à par d heure. Après une journée comme celle là on avait juste envie de calme ou alors d un endroit sympa avec de la bonne musique. On ne nous y reprendra plus, les hôtels backpakers envahis de gringos ne sont pas décidément pas pour nous .

Pour la journée de Noël, nous décidons de nous balader dans le quartier, flânant tranquillement, nous découvrons une immense grande surface ouverte le  jour de Noël, inimaginable chez nous. Mas la ville est calme, tout y est fermé… dommage, il y beaucoup de petites boutiques sympas, les premières depuis notre départ… tant mieux pour le porte-feuille 😉

Notre Noël sans famille ni amis fût comme nous nous y attendions, un peu bizarre… il nous manque la chaleur, et le froid lié aux fêtes pour nous, la bonne bûche au moka, les cadeaux sous le sapin évidement, les pas dans la neige et le bon vin chaud… les odeurs de sapin et de cannelle, les embrassades et les pulls bien chauds… mais bon à l a place nous avons 25°c, des très belles illuminations, une ambiance autour de la place du quartier de notre hôtel plutôt sympa, de bonnes crêpes et puis nous sommes en vacance… alors on peut pas tout avoir…

Même si vous nous manquez vraiment tous très fort… un trèèèèèèèèèèès joyeux Noël à vous tous.

Delphine et Cédric

Laisser un commentaire

Feliz Navidad

Féliz Navidad

2011-12-25_0014
5 Commentaires

J+114 (26/12/11) Medellin-Versalles 38 km

Nous quittons Medellin assez facilement, même si la circulation est intense … 27 km plus loin nous attend le col de la journée, 10km  de montée, en passant de 1850m à 2400m. Nous arrivons au sommet deux heures après… C est un grand chaos qui règne à la fin de notre montée. De nouveau, nous dépassons bus, voitures, camions… les travaux  ont bloqué la route pendant plusieurs heures, si bien que les gens plutôt que d attendre bêtement dans leur voiture, la laisse dans la file et vont s installer gentillement au bar-resto au sommet du col. Nous arrivons au sommet un peu comme des stars… beaucoup de gens nous ont encouragé, envié 😉 et étant donné que les bars sont bondés, il y a pas mal d ambiance. Nous sommes invités par un couple de Colombiens à nous installer à leur table. Nous buvons de l aguadardiente avec eux, un alcool typique de la région où nous sommes, à base d anis. Ils ont déjà pas mal bu et l ambiance est sympa… nous discutons de la Colombie, de la belgique aussi… ils connaissent bien la bière belge… faute d en avoir déjà goûté.. Nous nous retrouvons à 15h, un verre dans le nez à devoir reprendre nos vélos. Lorsque la route s est débloquée, un raz de marrée de gens s est déplacé à une vitesse record jusqu aux voitures restées en stationnement plus bas sur la route. C est bon pour le commerce les travaux 😉

Nous voilà donc amorçant notre descente… mais 4km plus bas, nous décidons de stopper notre journée… l alcool, l effort et la fatigue ne font pas un très bon ménage. Nous dormirons donc dans une station d essence avec les routiers, comme d hab 😉 mais bizarrement cette ambiance nous plaît, nous sommes avec des colombiens, nous mangeons avec eux, leurs plats typiques, leurs boissons franchement particulières et leur musique… Après avoir voyager 4 mois, nous nous sentons mieux avec les autochtones qu avec des étrangers, et puis nous pratiquons notre espagnol, ce qui n est pas négligeable.

En parlant culinaire… nous avons découvert les bunelos… prononcer bugnèlos  et les pandequesos. Sorte de boule de farine et de fromage un peu comme des beignets et de petits cercles de pain au fromage cuit au four. Ils mangent tous ça, à la pause de 10h avec leur café, comme encas à n importe quel moment de la journée ou le soir comme mise en bouche. Il y a même de petits magasins spécialisés…  comme chez nous les friteries. Nous avons aussi goûté un chocolat chaud fait avec de l eau et des épices, très bon et servi avec du fromage blanc ferme et des Arepa, sorte de galette de farine épaise. Ils sont fiers de nous faire découvrir la comida tipica … toute une identité ici.

Nous avons passé un 26 décembre un peu étrange, comme une « parenthèse comique »,si on nous avait dis le matin qu on allait trinquer de cette manière en pleine après-midi avec des Colombiens et reprendre nos vélos ensuite….nous avons rattrapé notre réveillon.

Delphine

Laisser un commentaire

J+115 (27/12/11) Versalles-La pintada 40 km

Nous décidons que ce matin c est grasse mat… debout à 8h00, petit déjeuner cool et un bon café pour nous réchauffer… Il fait brumeux dehors, frais, 16°c mais nous sommes heureux d être en altitude… l air y est agréable, l ambiance différente… Le parking à notre réveil est encore rempli de camions, les routiers aurait-ils comme nous décidé de dormir plus tard. On a pas très envie de quitter cette ambiance de montagne. Pourtant nous savons que notre étape du jour sera principalement de la descente. Notre descente se fait progressivement, étant donné qu ici rien n est facile… même les descente on des montées… Nous arrivons à une altitude de 650m, le choc est rude, la chaleur nous coupe littéralement les jambes, la tête sonne… notre étape du jour ne sera donc pas très longue.  Malgré que le dénivelé négatif  de plus de 1600m, nous grimpons tout de même plus de 800m dans une chaleur dépassant les 38°c… La Pintada sera notre refuge, ville carrefour, elle est très animée, il y a des bars, restos tout le long de la route, avec les lumières de Noël, la ville à un petit côté de Disneyland… On a appris à apprécier ces petites villes sans grand charme mais avec une vie nocturne incroyable. On s assied à la terrasse d un bar et on regarde les camions passer, le vas-et-viens incessant des clients de pompe d essence qui font un stop au café-institution du coin… Les boulangerie-restos sont ouvertes jusqu à minuit et ouvrent à 5h le matin.. Autant dire que ça n arrête pas de la journée…

Delphine

Laisser un commentaire

J+116 (28/12/11) La pintada-Irrà 74 km

Et oui, ce matin réveil à 5h… il va faire chaud aujourd hui… on en profite pour prendre un petit café à la boulangerie et nous voilà en route… en tôle ondulée. Moi, j ai énormément de mal à suivre Cédric ce matin, le souffle est court, mes jambes ont du mal à suivre. Après une pause café vers 9h, je revis un peu… la chaleur n est pas encore trop écrasante, on avance bien. Vers 11h30, nous avons déjà parcouru presque 50km… Une pause s impose au bord du Rio Cauca. La vallée est magnifique, nous en profitons… Mais c est oublier les ruses des routes Colombiennes… Nos cartes n étant pas très claires et les panneaux quasiment absents… Nous grimpons 5km sous une chaleur intense et écrasante, lorsque les 39°c pointe le bout de leur nez et que je dis à Cédric que j ai un doute sur la route que nous avons prise,je stoppe tout, m assied au bord de la route et lui dis que moi je ne bouge plus tant que le mercure n est pas plus sympa… Désolée mais c est ça ou dans dix minutes il va devoir appeler le samu(en colombie, on va rire).  Dans un élan chevaleresque, Cédric stoppe une moto et lui demande le chemin… « Ah mais non, mi amor » lui dit le conducteur  « la bonne route c est dans l autre sens… et puis tu prends à droite… tu verras c est facile »… « Tu vois, je te l avais dit » m empressais-je de lui faire remarquer.  Bon, c est vrai, on s est trompé tous les deux. Nous dévalons les 5 km comme une bénédiction du ciel, de l air , on respire un peu. Bon, cap sur Irrà, destination de choix… car demain c est grimpette directe. Bon dodo dans une station essence… avec camion illuminé et tout et tout… pour garder mon âme d enfant…  A vrai dire je me rends  compte que je m émerveille pour rien, c est même un peu ridicule. Je suis éblouie par les camions la nuit, les lumières de Noël partout, le nombre incroyable de boutiques et restos typiques qui jalonnent les routes, la vie et la musique en rue, les vitrines des boulangeries colorées(même si les patisseries ne sont pas franchement bonnes, c est un plaisir pour les yeux)… J aime que tout soit si différent de chez nous, ça me fait apprécier mon voyage et aimer encore plus mon pays et ses gens… Même si nous n avons pas cette incroyable chaleur que les Colombiens ont, les Belges ne sont pas si mal… manque peut être un soupçon de coolitude (moi la première ;-))

Delphine

 

L homme qui avait aimé le fromage.

Avant la Colombie, j adorais le fromage. Les pâtes dures, les bleus,  les chèvres, et bien sûr les biens coulants…Le fromage en colombie n est vraiment pas terrible, au mieux il est sans goût au pire il goûte le plastique.Ma foi me direz vous, la colombie n est pas vraiment connue pour son fromage. Certes, mais le problème est le suivant. Vous commandez du pain,oh surprise il y a du fromage dedans, les croissants pareil. Vous croyez manger un croustillons…fromage.Et pour accompagner votre chocolat chaud…fromage.

Cédric

2 Commentaires

J+117 (29/12/11) Irrà – Chinchina, 45 km

Comme tout est plus compliqué sous le soleil. Les kms semblent plus longs et surtout les côtes biens plus dures.  On espérait arriver à Santa Rosa de Cabal…mais on jetera l éponge 15 km plus tot. La chaîne de Delphine jettera également l éponge. Cette fois, pas de réparation, on sort la chaîne de réserve. La ville d étape n est pas très jolie. Nous dormons dans une rue où il y des boucheries partout. Ici évidement, pas de frigos …  Imaginez l odeur qui s en dégage … Monsieur Joblot on pense à vous 😉

De façon, plus générale, les routes colombiennes sont plaisantes pour nous cyclistes. Les paysages sont ouverts et verdoyants, les automobilistes respectueux, et il y a des nombreux endroits où se désaltérer ou simplement se reposer. Mais comme toujours, à peine dans un pays que nous pensons au suivant, l Équateur. On nous dit que les paysages sont tout simplement saisissants, et qu on peut y manger pour  1,50 €.(en colombie nous sommes à 3€ avec boissons et café). Et bien sûr nous y changerons d hémisphère. Notre première visite dans l hémisphère sud…Mais avant tout cela, encore 750 km, des nombreux Colombiens et Colombiennes ( qui entre parenthèses, sont charmantes) et pleins d autres choses à voir.

Cédric

Laisser un commentaire

J+118 (30/12/11) Chinchina – Pereira, 28 km

Les fortes chaleurs des jours précédents, nous ont fatiguées.  Nous décidons donc de faire une petite étape. Dans la première difficulté du jour, une côte de 6km avec un pourcentage de 6%, nous rencontrons des « participants ». Une voiture décide d accompagner Delphine et moi une centaine de mètres devant, je suis rejoins par un cycliste. Delphine suivit par cette voiture balai se sent obligée de pousser sur les pédales et nous grimpons à une vitesse qui ne nous est pas habituelle, la difficulté du jour. Pour fêter ça, nous nous retrouvons tous les 5, le cycliste, le couple de la voiture , Delphine et moi autour d une tasse de café. Nous nous retrouvons ainsi avec une invitation pour réveillonner. Invitation que nous devrons malheureusement, encore une fois, décliner. L habitation de nos hôtes, est malheureusement loin et haute dans les montagnes. …

Nous passerons, le reste de la journée dans la ville folle de Pereira. Nous étions habitués à l activité  des villes Colombiennes, mais à Pereira, c est de la frénésie.  Il y a des gens partout, des magasins de vêtements à foisson… malheureusement pour Delphine, tout y est trop court, trop coloré, trop bling bling, trop … latino. Les vendeurs de « tinto » , le café local à tous les coins de rues ainsi que tous ce qu on peut imaginer acheter un jour de complètement inutile se trouve dans les petits étals des rues bruyantes de Pereira…. un spectacle à elle toue seule.

Cédric

Laisser un commentaire

J+119 (31/12/11) Pereira

Ce matin, ambiance un peu morose, le petit Cédricounet a été malade toute la nuit… le réveillon s annonce un peu calme… La fatigue des derniers jours a attaqué les défenses inépuisables de Cédric. Mais vu que personne n est infaillible… Donc journée au lit, à la diète, avec TV5 nous tenant compagnie. Programme donc étrange pour fêter cette fin d année 2011. Mais ce n est pas grave, on se rattrapera en 2012 et au fond c est ce qui compte… que cette année soit une belle année.

Delphine

3 Commentaires

Bonne Année

Bonne et Heureuse Année 2012

2011-12-30_0036
11 Commentaires

J+120 (1/1/12) Pereira – La Victoria , 65 km

Eurêka, nous avons enfin trouvé la solution pour quitter facilement une grande ville. Suffit d attendre le 1er janvier. Aujourd hui personne ou presque sur les routes. Que du bonheur. A noter, que nous nous sommes quand même fait dépasser par un autre cyclo. Celui-ci a lâchement profité d une pause « coca » (Traduisez par « coca-cola » et pas par… l autre soit disant grande spécialité Colombienne) . Faut dire que que le jour avant, c est nous qui l avions dépassé dans les mêmes circonstances. Faut croire que les voyageurs à vélos, ne font que rouler ou boire du coca !!! Pour moi qui ne suis pas en grande forme, lendemain de gastro oblige, rouler ne me pause pas trop de problèmes, mais les pauses sont plus dures. Bizarre… Sur la route, nos 2 vélos, jouent aux estropiés, celui de Delphine, à des sautes d humeur, sa chaîne n arrive pas à choisir sur quel pignon elle va rester, un coup elle monte, un coup elle descend. Mais je me tracasse plus pour le mien, je sais comment résoudre les « sautes d humeur », mais le bruit venant de mon pédalier… Et c est la que ma chère et tendre épouse (oh, ça fait bizarre de dire épouse), me dit « Depuis quand as tu ce bruit ?»… Juste, depuis que j ai changé les pédales. Donc soyez rassuré, nos 2 montures se portent mieux et moi aussi d ailleurs…donc demain 80 bornes… Nous passerons la nuit, dans une demeure avec grand patio et grande cours aménagée en petit hotel. Celui-ci est tenu par deux bienveillantes dames d un certain âge,donc une qui se balade une tapette à mouche à la main. Tout cela nous fait penser à quelqu un…que toute la famille Royen reconnaîtra sûrement.

Cédric

1 Commentaire

J+121 (2/1/12)La Victoria-Buga , 87 km

q

Laisser un commentaire

J+122 (3/1/12) Buga

Aujourd hui, c est autour de Delphine d etre malade. Rien de très grave de vous rassure. Je lui ai probablement refiler ma gastro. On n est comme ça, nous on partage tout. Donc le journée, pour Delphine se résume à « dodo » et pour moi à « lecture » et tout ça dans une toute petite chambre vétuste.

Laisser un commentaire

J+123 ( 4/1/12) Buga – Candélaria, 67 km

Aujourd hui démarrage difficile pour Delphine. Elle n a pas encore retrouvé la forme d avant maladie.Et pour ne rien n arranger, son vélo crève à l arrière. Elle a sans aucun doute gagné le match des crevaisons, on doit être à 7-2. Mais après un petit café, la forme revient progressivement. Faut dire qu ici le café est particulièrement délicieux. A chaque pause, c est une nouvelle saveur, tous les cafés sont différents mais a chaque fois excellents. Nous décidons d éviter la grande ville de Cali, nous avons soif de petites villes avec une âme chaleureuse. Et pour une fois que l impasse ne nous rallonge pas le trajet, nous ne nous faisons pas prier. Nous arrivons ainsi après 67 km, dans la charmante petite ville de Candelaria.

4 Commentaires

J+124 ( 5/1/12) Candélaria-Santander , 56 km

Le trajet ne fut pas des plus passionnant mais n’ayant eu que du plat, nous arrivons à notre destination fort tôt… le but étant de se reposer ( moi j’ai vraiment du mal à me remettre des dernières nuits sans sommeil et de la gastro..)  Et de pouvoir parler avec nos familles sur skype…  La ville n’a rien de très intéressant, si ce n’est qu’elle est au pied de la Cordillère, bon départ en force pour nous demain… Nous avons 70km jusqu’ à Popayan … ce que nous doutons pouvoir faire en un jour, nous avons jusque-là  1800m de dénivelé positif… on pourrait le faire, en passant 7h sur nos vélos, pronostic plutôt positif … On se fixe donc une petite ville intermédiaire sur la route, et le mieux encore est de dormir en dehors, le long de la route.. Nous verrons bien ce que nous réserve cette journée de grimpette.

Pour ce qui est de notre après-midi, on se baladera un peu dans la petite ville de Salander de quilincho, pleine de vie comme d’habitude mais qui a le luxe d’avoir une vraie et bonne boulangerie… d’ailleurs elle est bondée. Merveilleux petits pains, que nous viendrons sûrement prendre demain matin en partant… avec un bon café….hum. Les pauses cafés, où que ça soit dans le monde, ont toujours ce parfum de réconfort et de douceur… petite habitude universelle.

Delphine

Laisser un commentaire

J+124 (6/1/12) Santander – Tulia ,42 km

Quarante-deux kilomètres, mais ce n’est rien allez-vous me dire…. en effet ce ne est pas énorme…

Mais nous avons grimpé ces kilomètres… bin oui, re-bienvenue dans les montagnes… et de plus sous la pluie, toute la journée… Evidement tous vêtements ne résistent pas bien longtemps aux assauts de la pluie battante. Nous sommes trempés dès les premiers coups de pédales. Nous prenons un café après 15km, trop heureux de pouvoir nous réchauffer… bin oui maintenant, il fait froid 😉   Nous continuons notre route, entre mini descentes et gigantesques côtes 😉  Après la pause de midi, le soleil semble être de la partie, ce qui nous chauffe agréablement les os… les paysages deviennent agréables et nous avançons bien. Nous arrivons à une grande station-service où après discussion, nous décidons de poser nos valises. Une bonne douche chaude nous fera du bien, de plus nous sommes en dehors de la ville, ce qui est une garantie d’une nuit calme. Il nous reste 30km jusqu’à Popayan demain, première ville touristique depuis notre départ de Medellin à Noël. La ville paraît-il est très belle… un peu de gringoland nous fera du bien ;-)…. On va manger des PIZZAS et des LEGUMES coooooooooool….. Fin autre chose  que du poulet c’est certain. ( le poulet ici n’a pas franchement le même goût, à force de le faire frire, ou rôtir jusqu’ en fin de vie, il a un goût un peu rance et sec… bof quoi) On s’accommode du riz et des merveilleusement bonne «  platano maduro »( bananes plantains) que nous mangerions sans faim. On essayera de vous en cuisiner… promis

Delphine

Laisser un commentaire